Couverture du livre Comme l'argile ...

Le potier brûle un peu de lui même à chaque cuisson

et passe par des moments d'exaltation ou d'inquiétude...
Il est à craindre que le potier soit un fou plus qu'un sage.
Il veut vivre, il veut brûler, il veut que ça change.
Le potier est homme de passion
et la passion doit être étayée par l'amour du métier.
Le jour où il deviendrait un sage,
il fermerait la porte de son four .
Pour le moment, il cuit et c'est la fièvre...



Extrait de Comme l'argile ...

publié par Annie Fourmanoir
aux Editions Dessain et Tolra